Les besoins de logement étudiant sont très variables d’une agglomération à une autre, selon le degré d’attractivité des établissements d’enseignement supérieur, l’origine sociale et géographique des étudiants, la localisation des campus et leur desserte en transports en commun, la part de formations en alternance, etc. En face de ces besoins, l’offre présente également une grande diversité de solutions selon les tensionsdans le parc diffus,  l’importance du parc social, la pluralité d’opérateurs de résidences dédiés, et l’implication des collectivités territoriales.  Ces dernières ont un rôle régulateur essentiel, que ce soit en matière d’impulsion, de réglementation urbaine, de soutien, ou d’urbanisme négocié. Seule une connaissance fine des besoins et de l’offre, actualisée régulièrement, peut permette aux collectivités d’intervenir de façon pertinente sur ce marché pour mesurer ou anticiper les déséquilibres et les corriger. C’est dans ce but que les villes universitaires, les agences d’urbanismes et/ou ADIL, avec leurs partenaires du monde de l’enseignement supérieurs ou du logement social, sont incités à mettre en place de observatoires territoriaux du logement étudiant (OTLE) dans le cadre d’un réseau national animé par la FNAU et l’AVUF.

L’Association des Villes Universitaires de France (AVUF) et la Fédération Nationale des Agences d’Urbanisme (FNAU), en concertation avec la Conférence des Présidents d’Université (CPU) en partenariat avec la Banque des TErritoires, travaillent depuis 2017 sur les enjeux du logement étudiant et a accompagné le développement d’observatoire territoriaux du logement étudiant (OTLE). Cette démarche est accompagnée par les acteurs intéressés à ces questions et soutenue par les Ministères de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche et de la Cohésion des Territoires.

Suite à la publication d’un guide méthodologique et d’un 1er Appel à Manifestation d’Intérêt  en 2018, une trentaine de territoire ont développé leur OTLE sur des périmètres variés allant de l’intercommunalité à la région en passant par les périmètres de CoMUEs. Ces observatoires ont pour la plupart été labellisés en 2019, créant ainsi un réseau d’échange sur le sujet, et sont en cours de réalisation des premières analyses à partir du socle d’indicateurs communs. 

Ces observatoires territoriaux ont pour but de réunir les collectivités territoriales, les établissements, les services de l’État et les acteurs du logement des étudiants et de l’enseignement supérieur, afin d’avoir une connaissance et une réflexion globale autour de cette problématique. L’objectif est d’appréhender finement la demande et l’offre dans sa diversité dans une dimension prospective qui puisse guider les politiques urbaines. Les résultats de cette observation régulière permettront d’éclairer localement les politiques publiques de l’habitat puisqu’ils alimenteront les observatoires locaux de l’habitat mis en place dans le cadre des PLH s’ils sont créés en dehors de ceux-ci, mais également les stratégies des acteurs de l’enseignement supérieur. Ces observatoires territoriaux ont vocation également à s’inscrire dans la dynamique du plan 60.000 logements pour étudiants et 20.000 pour jeunes actifs lancé par le gouvernement. 

L’AVUF et la FNAU, grâce à un soutien des deux ministères et de la Banque des Territoires, accompagnent la structuration de ces observatoires en aidant à la mise en place de la gouvernance et de la méthode. La réflexion s’appuie également sur un comité technique qui se réunit régulièrement pour apporter des réponses concrètes sur les problèmes rencontrés lors du développement et sur les indicateurs (fiches indicateurs, charte de labélisation, partenariats nationaux). 

Un 2ème Appel à Manifestation d’Intérêt  a été lancé courant 2020.

L’initiative peut être portée par une métropole ou une agglomération, une région ou un établissement d’enseignement supérieur en binôme avec une Agence d’urbanisme, un observatoire de l’habitat ou une ADIL. Ce binôme politique, technique doit coordonner l’ensemble des acteurs pour parvenir à des visions partagées. A noter que cette démarche n’apporte pas de financement spécifique pour la mise en place de ces Observatoires locaux mais vise à créer un réseau d’échanges et de capitalisation.

Les nouveaux OTLE mis en place en 2020, respectant la méthodologie et incluant l’ensemble des acteurs identifiés dans la gouvernance, pourront rejoindre le réseau et bénéficier d’une labélisation. Vous pouvez consulter la méthodologie « Logement étudiant : Observer pour décider », publication accompagnant la création de ces observatoires. 

9ème Conférence des stages et autres actions de professionnalisation des étudiants

Mardi 30 janvier 2024 à l’Académie du Climat à Paris

9ème Conférence des stages et autres actions de professionnalisation des étudiants